Vous lisez
L’Inde, nouvel eldorado de l’e-commerce mondial ?

L’Inde, nouvel eldorado de l’e-commerce mondial ?

Maxence Fabrion
  • Depuis trois semaines, les 1,3 milliard d’habitants du deuxième pays le plus peuplé au monde après la Chine sont confinés.
  • Une situation qui devrait doper l’e-commerce dans un pays où les «kiranas», ces petits commerces de quartier typiques de l’Inde, représentent encore aujourd’hui une part écrasante du commerce de détail et voient d’un très mauvais œil l’arrivée d’acteurs comme Amazon ou Walmart sur leur territoire.
  • En 2017, le marché indien du commerce en ligne ne pesait que 21 milliards de dollars.
  • Les ventes e-commerce doivent tripler d’ici 2022 pour passer la barre des 100 milliards de dollars.
  • Le marché indien du commerce en ligne devrait peser 200 milliards de dollars à l’horizon 2027.
  • L’Inde pourrait alors devenir l’un des cinq premiers marchés mondiaux dans l’e-commerce, voire se faire une place sur le podium derrière la Chine et les États-Unis.
  • Sur ce marché florissant, ce sont d’abord Flipkart et Snapdeal, deux entreprises locales, qui ont joué les premiers rôles pendant plusieurs années.
  • Avec l’appui d’investisseurs de renom, comme SoftBank, eBay, Microsoft ou encore Tencent, Flipkart est devenu le numéro indien du commerce en ligne et se rêvait ainsi en «Alibaba de l’Inde».
  • Walmart a frappé fort en 2018 en déboursant 16 milliards de dollars pour racheter Flipkart. Il s’agit tout simplement de la plus grosse opération jamais réalisée dans le commerce en ligne et du plus grand investissement direct étranger en Inde.
  • Présent depuis 2004 dans le pays mais réellement opérationnel depuis 2013, Amazon a déjà investi plus de 5 milliards de dollars en Inde.
  • Pour démontrer l’étendue de ses ambitions en Inde, Amazon a inauguré l’été dernier un complexe géant dans la ville d’Hyderabad, dans l’État du Télangana, au sud du pays. Il s’agit de son siège le plus important au monde en dehors des États-Unis.
  • Dans un pays très protectionniste, le gouvernement nationaliste hindou a durci la réglementation régissant le commerce en ligne pour freiner les géants étrangers comme Amazon et Walmart, et ainsi favoriser l'émergence de champions locaux.
  • Ce régime protectionniste pourrait bien profiter à la toute nouvelle plateforme e-commerce lancée en début d’année par Reliance Industries Limited, le conglomérat industriel de l’homme le plus riche du pays, à savoir Mukesh Ambani, dont la fortune est estimée à près de 45 milliards de dollars.

Pendant que les restaurants, les bars et les cafés ferment un peu partout dans le monde pour freiner la propagation du coronavirus Covid-19, le commerce en ligne apparaît comme la meilleure alternativ...

Que pensez-vous de cet article?
Pas convaincu
0
Peu intéressant
0
Intéressant
0
Très Intéressant
0
Revenir vers le haut de page